Formation permis exploitation et hygiène alimentaire

Le permis d’exploitation pour un bar

Le permis d’exploitation pour un bar

Obtenir son propre bar, le rêve de tout à chacun. Pourtant, sa concrétisation demande une forte implication quotidienne et des connaissances spécifiques. Des qualités de gestionnaire, une bonne organisation et une motivation inébranlable sont les maîtres mots pour bien exploiter un bar.

Des formations sont dispensées par des organismes agréés, pour vous transmettre les bases en thermes de réglementation et de sécurité. Ces organismes indépendants proposent plusieurs formations qui peuvent varier de 1 à 3 jours en fonction de votre expérience.

Vous pouvez trouver une multitude d’établissements près de chez vous pour différents tarifs, plus ou moins cher. Un bon contrôle de l’organisme et des prix qu’il propose est de mise avant d’effectuer votre formation.

En France, l’obtention du permis d’exploitation d’un établissement est obligatoire pour pouvoir l’enregistrer et l’ouvrir.
Des licences de débit de boissons (licence 3 ou licence 4) sont également indispensables et varie selon votre projet d’exploitation.

Comment obtenir son permis d’exploitation pour un bar ? Que faut-il savoir pour bien réussir son exploitation ?

Les démarches d’exploitation d’un bar

Comme tous les autres permis d’exploitation, il est attribué à la suite d’une formation effectuée par un organisme agréé. Les prix d’un stage changent d’un organisme à l’autre, ils sont plus ou moins chers, mais ne justifie pas forcément la qualité du service.

Cette formation est fidèle au programme de l’arrêté du 22 juillet 2011 fixé par le ministère de l’Intérieur. Elle fournit des informations sur les règlements, la sécurité, la gestion et l’aspect juridique d’un bar.

Les connaissances reçues font partie d’une démarche obligatoire dans l’exploitation de débit de boissons proposant des produits alimentaires ou non.

Obtenir son permis d’exploitation

Une fois votre organisme trouvé (localité et tarif) et votre formation sur les réglementations pour la tenue d’un bar accomplis, vous voilà titulaire de votre permis d’exploitation.

Vous avez des connaissances sur la lutte contre l’ivresse, la protection des mineurs, la législation des stupéfiants, les principes de responsabilité civile et pénale, etc.

Le permis d’exploitation est valable 10 ans. Après cette période, une nouvelle formation vous sera demandée, mais elle sera plus courte au vu de votre expérience. Comptez 2 à 3 jours de stage pour un novice, et 1 jour pour un renouvellement.

Une démarche de déclaration en mairie doit être effectuée 15 jours avant l’ouverture d’un nouvel établissement. Le changement de propriétaire ou le transfert de l’entreprise dans un nouveau lieu d’exploitation doivent suivre la même démarche.

L’immatriculation au RCS (Registre du Commerce et des Sociétés) est obligatoire et se fait suite à un enregistrement au CFE (Centre de Formalité des Entreprises) ou à la CCI (Chambre de Commerce et d’Industrie).

Le permis d’exploitation offre la possibilité de vendre des boissons alcoolisées ou non à emporter. Pour cela, il est nécessaire d’obtenir une « licence à emporter » adaptée au type de commerce que vous souhaitez mettre en place.

Si en plus d’un débit de boissons vous souhaitez faire de votre établissement un restaurant, une déclaration à la DDPP (Direction Départementale pour la Protection des Populations) est obligatoire.

Les informations ici présentes sont valables pour Lyon, Marseille, Toulouse, Lille, Dijon, Nantes et toutes les autres villes de France. Néanmoins, des spécificités existent, notamment pour la ville de Paris.

Les formations et formalités obligatoires

Le permis d’exploitation n’est pas le seul certificat indispensable pour la gestion d’un débit de boisson. Des formations supplémentaires sur l’hygiène alimentaire et la sécurité doivent être suivies, surtout si vous souhaitez ouvrir un bar avec une licence-restaurant en plus.

Le respect de l’arrêté du 21 décembre 2009 impose des formations sur l’HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point) et le GBPH (Guide des Bonnes Pratiques d’Hygiène). Ces stages doivent être suivis afin d’assurer la sécurité alimentaire des produits consommés dans l’établissement.

Des méthodes de stockage, de nettoyage, d’entretien et de préparation doivent être mises en place à la suite de ces formations. Des inspections sont menées par la DDPP pour s’assurer du maintien de l’hygiène et de la sécurité dans l’entreprise.

En tant qu’exploitant d’un bar, vous